Pub Party


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
venez déposer votre bannière ici :
restent 1 places de dispo

Partagez | 
 

 HELL CITY (RPG fantastique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Padsky
Membre
Membre
avatar

Féminin Messages : 291
Date de naissance : 18/03/1981
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 36
Localisation : Marne
Emploi/loisirs : Mère au foyer

MessageSujet: HELL CITY (RPG fantastique)   Dim 12 Mai - 10:15

Coucou,


hell city

L'HISTOIRE

    Les Vampires… Nul ne sait vraiment comment ils ont pu apparaître. Certains parlent d’une malédiction jetée aux suivants de Judas… d’autres d’un esprit vengeur… Mais au final, qui connaît la réalité ? Seuls les plus anciens pourraient répondre, et des Anciens… il n’y en a plus qu’un.

    EXTRAIT DE LA BIOGRAPHIE D'ELJARED

    La question qu’il faut avant tout se poser c’est : que sommes-nous ? Et bien je n’y répondrais pas. Tout le monde le sait. L’autre interrogation, celle qui est primordiale, c’est : d’où venons-nous ? Et il n’y aura pas de réponse non plus à cela. C’est inutile… Il vaut mieux que je raconte mon histoire, celle par quoi tout a commencé. Je suis venue au Monde des Ténèbres il y a des millénaires, durant une époque où le bien et le mal étaient encore des notions assez vagues pour les Humains malgré tout ce que l’on pouvait clamer. Bref, nous n’étions pas nombreux lors de ma naissance. Je fus l’un des premiers vampires que cette Terre eut porté et c’est grâce à moi qu’elle en fut « presque » débarrassée. Nous avons vécus en paix durant des siècles tout en suivant des règles strictes mais nécessaires pour notre survie à tous.

    La chasse était complètement surveillée même si « on » mourrait aisément à ce moment-là. Pourtant le tableau idyllique prit brutalement fin lors de la mort d’un certain Jésus de Nazareth, un véritable idiot qui se croyait le fils de Dieu. Mais bien sûr… Au début, j’ai cru que mes semblables allaient en rire… Au lieu de cela, il y eut un massacre sans nom car ils ne trouvèrent rien de mieux que de se jeter au soleil. La décision fut aisée à prendre pour moi, d’autant plus lorsque le couple royal sembla pencher du côté de la religion.

    Je ne dévoilerais pas comment j’ai pu faire pour leur prendre et leurs vies et leurs pouvoirs… C’est un secret et plus longtemps il le restera, plus je resterais en vie. Pourvue de ma nouvelle puissance, je me suis contentée de massacrer purement et simplement tous ceux qui voulaient croire en ce Dieu misogyne… c'est-à-dire tous les vampires de mon âge et les vampires sur deux ou trois générations. Pour les autres, il était trop tard, le mal était plus ou moins fait. Néanmoins, la peur de moi les convainquit qu’ils étaient damnés…

    A défaut d’autre chose, je les ai laissés croire à cela. Au moins, ils ne se jetaient plus dans le feu ou ne recherchaient plus la présence du soleil. Les risques de voir notre existence réellement révélée aux Humains fut éloignée de nous. Pour les Vampires, cette période fut baptisée ironiquement : la guerre de la religion. J’en suis sortie en étant la Reine, la seule Premier Né de notre race. De longues années passèrent et lorsque je jugeais que les survivants du massacre étaient assez forts pour engendrer, je les laissais faire avec plaisir. Il était plus que temps que nous revenions à la « surface ».

    La religion catholique avait envahie l’Europe de manière « définitive » bien que cela revête une signification différente lorsque l’on est un vampire. Nous fûmes l’incarnation d’un dénommé Satan. Pourquoi pas après tout. Je repris les anciennes règles et les remis au goût du jour. Et de nouveau, les vampires prospérèrent. Pourtant, 50 ans après notre « remise en service », j’eus un jour la surprise de constater que les choses avaient encore dérapé : des vampires avaient joués avec l’alchimie et la magie celtique et avaient créés notre plus grand ennemi : le loup-garou.

    Ma colère fut mémorable et on en parle encore dans les livres d’Histoire. Sans trop le vouloir, je déclenchais un cataclysme mais le mal était déjà fait. Le premier lycan parvint à s’enfuir et réussit à se multiplier. Nous étions en 966. Je laissais mes congénères se débrouiller par eux-même sans le moindre scrupule. Je les ai observés se battre et mourir sous les coups terriblement précis des loup-garous… Jusqu’au moment où il fallu que je m’en mêle, sans quoi les vampires risquaient sans nul doute de disparaître. J’organisais les rangs des vampires et distribuais mes ordres à l’aube de la bataille de Badbury en 977. Cette nuit-là se solda par un massacre des loups-garous.

    Nous capturâmes le premier lycan puis massacrâmes les autres, bien trop animaux à mon goût. C’est ainsi que Fenris devint mon « serviteur ». Je lui donnais aussitôt la permission de propager sa race pourvu qu’il prenne le temps de les civiliser. Je voulu me retirer du monde quelque temps et je laissais Fenris battre librement la campagne. Maintenant que les vampires avaient les cartes en mains, je cessais de m’en soucier et restais endormie pendant des siècles, surveillant mes semblables grâce aux voies de l’esprit.

    Je m’éveillais aux alentours de 1501. Les choses avaient changées. A nouveau, une guerre entre les Vampires et les Lycans avaient déchiré le monde de la Nuit et avait décimé les deux camps, mais pas de manière suffisamment notable pour m’alarmer. Je décidais alors qu’il était temps de revenir à la civilisation. Le XVIème siècle s’éveillait avec douceur tandis que je révélais ma présence. Je fus surprise de voir que Fenris répondait à mon appel, comme tant d’autres. La soumission de Fenris provoqua l’arrêt temporaire de la rébellion lycane qui ravageait tout.

    Comme lieu de « repos », nous choisîmes un château perdu en Écosse et j’y demeurais jusqu’à ce que l’envie de me mêler au monde Humain me prit à la gorge. Je quittais ma « maison » pour me plonger dans les fastes de la cour d’Angleterre où je m’attachais à passer inaperçue. Durant les quelques années où j’y restais, je fis la connaissance –de loin- d’une étrange et si jolie Humaine qu'elle me laissa songeuse durant des jours entiers. Peu à peu, j’eus le désir d’en faire mon infante… et pas n’importe laquelle. Certes, elle n’était pas la première et ne serait probablement pas la dernière, mais elle n’allait pas compter pour des prunes.

    Il ne me fallu pas longtemps pour m’introduire dans l’entourage de cette femme qui avait séduit Henri VIII avec autant de facilité. Jamais je ne lui révélais ma véritable nature mais une profonde affection pour elle naquit à cette période. Pourtant, je ne me suis que très rarement attachée à une personne et elle, Anne, est l’une des seules. Je suivis son ascension et sa chute avec bien plus de soin qu’un simple observateur ne l’aurait fait et lorsqu’elle se retrouva à la Tour de Londres, il me fut aisé de lui demander d’être sa seule et unique servante durant cette période.

    Nos discussions changèrent peu à peu et je lui laissais entrevoir ce que je pouvais lui offrir. Elle résista longtemps mais la peur de la mort est souvent la plus forte chez les Humains. Avec bonté, je lui ai laissé l’occasion de se confesser une ultime fois avant de procéder à sa transformation en bonne et due forme : il fallait que j’en prenne soin si je voulais qu’elle survive à la décapitation… Et elle survécu. Après l’avoir aidée à sortir du tombeau, je la ramenais à notre nouveau chez nous que j’avais acquis grâce à elle et que le roi n’osait pas récupérer : le château de Pembroke, dont elle était la marquise.

    DE NOS JOURS

    Nous sommes actuellement en 2011. Le château de Pembroke est devenu un lieu réputé comme étant maudit, et ceux qui y allaient pour braver la « malédiction » n’en revenaient jamais. Eljared continue à gouverner de loin le monde des Vampires tandis que son Infante, Anne, vit son éternité dans une certaine insouciance. Les Lycans sont toujours les esclaves des Vampires mais une rébellion se met peu à peu en route sous l’œil amusé d’Eljared et les regards aveugles des autres Vampires. Les Humains sont distingués en deux groupes : les serviteurs et les adorateurs… inutile de vous dire leurs attributions…




NEWS

    Le forum vient d'ouvrir, nous attendons nos premiers membres.


RECRUTEMENT

    Pour le moment, nous cherchons un admin et un graphiste.


STATISTIQUES

    Actuellement, nous avons 02 membres enregistrés et 62 messages postés.


N'hésitez plus, rejoignez-nous sur
HELL CITY



© Pub réalisée par Pub city
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alicepub.forumgratuit.org/
Padsky
Membre
Membre
avatar

Féminin Messages : 291
Date de naissance : 18/03/1981
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 36
Localisation : Marne
Emploi/loisirs : Mère au foyer

MessageSujet: Re: HELL CITY (RPG fantastique)   Mar 28 Mai - 12:29


hell city

L'HISTOIRE

    Les Vampires… Nul ne sait vraiment comment ils ont pu apparaître. Certains parlent d’une malédiction jetée aux suivants de Judas… d’autres d’un esprit vengeur… Mais au final, qui connaît la réalité ? Seuls les plus anciens pourraient répondre, et des Anciens… il n’y en a plus qu’un.

    EXTRAIT DE LA BIOGRAPHIE D'ELJARED

    La question qu’il faut avant tout se poser c’est : que sommes-nous ? Et bien je n’y répondrais pas. Tout le monde le sait. L’autre interrogation, celle qui est primordiale, c’est : d’où venons-nous ? Et il n’y aura pas de réponse non plus à cela. C’est inutile… Il vaut mieux que je raconte mon histoire, celle par quoi tout a commencé. Je suis venue au Monde des Ténèbres il y a des millénaires, durant une époque où le bien et le mal étaient encore des notions assez vagues pour les Humains malgré tout ce que l’on pouvait clamer. Bref, nous n’étions pas nombreux lors de ma naissance. Je fus l’un des premiers vampires que cette Terre eut porté et c’est grâce à moi qu’elle en fut « presque » débarrassée. Nous avons vécus en paix durant des siècles tout en suivant des règles strictes mais nécessaires pour notre survie à tous.

    La chasse était complètement surveillée même si « on » mourrait aisément à ce moment-là. Pourtant le tableau idyllique prit brutalement fin lors de la mort d’un certain Jésus de Nazareth, un véritable idiot qui se croyait le fils de Dieu. Mais bien sûr… Au début, j’ai cru que mes semblables allaient en rire… Au lieu de cela, il y eut un massacre sans nom car ils ne trouvèrent rien de mieux que de se jeter au soleil. La décision fut aisée à prendre pour moi, d’autant plus lorsque le couple royal sembla pencher du côté de la religion.

    Je ne dévoilerais pas comment j’ai pu faire pour leur prendre et leurs vies et leurs pouvoirs… C’est un secret et plus longtemps il le restera, plus je resterais en vie. Pourvue de ma nouvelle puissance, je me suis contentée de massacrer purement et simplement tous ceux qui voulaient croire en ce Dieu misogyne… c'est-à-dire tous les vampires de mon âge et les vampires sur deux ou trois générations. Pour les autres, il était trop tard, le mal était plus ou moins fait. Néanmoins, la peur de moi les convainquit qu’ils étaient damnés…

    A défaut d’autre chose, je les ai laissés croire à cela. Au moins, ils ne se jetaient plus dans le feu ou ne recherchaient plus la présence du soleil. Les risques de voir notre existence réellement révélée aux Humains fut éloignée de nous. Pour les Vampires, cette période fut baptisée ironiquement : la guerre de la religion. J’en suis sortie en étant la Reine, la seule Premier Né de notre race. De longues années passèrent et lorsque je jugeais que les survivants du massacre étaient assez forts pour engendrer, je les laissais faire avec plaisir. Il était plus que temps que nous revenions à la « surface ».

    La religion catholique avait envahie l’Europe de manière « définitive » bien que cela revête une signification différente lorsque l’on est un vampire. Nous fûmes l’incarnation d’un dénommé Satan. Pourquoi pas après tout. Je repris les anciennes règles et les remis au goût du jour. Et de nouveau, les vampires prospérèrent. Pourtant, 50 ans après notre « remise en service », j’eus un jour la surprise de constater que les choses avaient encore dérapé : des vampires avaient joués avec l’alchimie et la magie celtique et avaient créés notre plus grand ennemi : le loup-garou.

    Ma colère fut mémorable et on en parle encore dans les livres d’Histoire. Sans trop le vouloir, je déclenchais un cataclysme mais le mal était déjà fait. Le premier lycan parvint à s’enfuir et réussit à se multiplier. Nous étions en 966. Je laissais mes congénères se débrouiller par eux-même sans le moindre scrupule. Je les ai observés se battre et mourir sous les coups terriblement précis des loup-garous… Jusqu’au moment où il fallu que je m’en mêle, sans quoi les vampires risquaient sans nul doute de disparaître. J’organisais les rangs des vampires et distribuais mes ordres à l’aube de la bataille de Badbury en 977. Cette nuit-là se solda par un massacre des loups-garous.

    Nous capturâmes le premier lycan puis massacrâmes les autres, bien trop animaux à mon goût. C’est ainsi que Fenris devint mon « serviteur ». Je lui donnais aussitôt la permission de propager sa race pourvu qu’il prenne le temps de les civiliser. Je voulu me retirer du monde quelque temps et je laissais Fenris battre librement la campagne. Maintenant que les vampires avaient les cartes en mains, je cessais de m’en soucier et restais endormie pendant des siècles, surveillant mes semblables grâce aux voies de l’esprit.

    Je m’éveillais aux alentours de 1501. Les choses avaient changées. A nouveau, une guerre entre les Vampires et les Lycans avaient déchiré le monde de la Nuit et avait décimé les deux camps, mais pas de manière suffisamment notable pour m’alarmer. Je décidais alors qu’il était temps de revenir à la civilisation. Le XVIème siècle s’éveillait avec douceur tandis que je révélais ma présence. Je fus surprise de voir que Fenris répondait à mon appel, comme tant d’autres. La soumission de Fenris provoqua l’arrêt temporaire de la rébellion lycane qui ravageait tout.

    Comme lieu de « repos », nous choisîmes un château perdu en Écosse et j’y demeurais jusqu’à ce que l’envie de me mêler au monde Humain me prit à la gorge. Je quittais ma « maison » pour me plonger dans les fastes de la cour d’Angleterre où je m’attachais à passer inaperçue. Durant les quelques années où j’y restais, je fis la connaissance –de loin- d’une étrange et si jolie Humaine qu'elle me laissa songeuse durant des jours entiers. Peu à peu, j’eus le désir d’en faire mon infante… et pas n’importe laquelle. Certes, elle n’était pas la première et ne serait probablement pas la dernière, mais elle n’allait pas compter pour des prunes.

    Il ne me fallu pas longtemps pour m’introduire dans l’entourage de cette femme qui avait séduit Henri VIII avec autant de facilité. Jamais je ne lui révélais ma véritable nature mais une profonde affection pour elle naquit à cette période. Pourtant, je ne me suis que très rarement attachée à une personne et elle, Anne, est l’une des seules. Je suivis son ascension et sa chute avec bien plus de soin qu’un simple observateur ne l’aurait fait et lorsqu’elle se retrouva à la Tour de Londres, il me fut aisé de lui demander d’être sa seule et unique servante durant cette période.

    Nos discussions changèrent peu à peu et je lui laissais entrevoir ce que je pouvais lui offrir. Elle résista longtemps mais la peur de la mort est souvent la plus forte chez les Humains. Avec bonté, je lui ai laissé l’occasion de se confesser une ultime fois avant de procéder à sa transformation en bonne et due forme : il fallait que j’en prenne soin si je voulais qu’elle survive à la décapitation… Et elle survécu. Après l’avoir aidée à sortir du tombeau, je la ramenais à notre nouveau chez nous que j’avais acquis grâce à elle et que le roi n’osait pas récupérer : le château de Pembroke, dont elle était la marquise.

    DE NOS JOURS

    Nous sommes actuellement en 2011. Le château de Pembroke est devenu un lieu réputé comme étant maudit, et ceux qui y allaient pour braver la « malédiction » n’en revenaient jamais. Eljared continue à gouverner de loin le monde des Vampires tandis que son Infante, Anne, vit son éternité dans une certaine insouciance. Les Lycans sont toujours les esclaves des Vampires mais une rébellion se met peu à peu en route sous l’œil amusé d’Eljared et les regards aveugles des autres Vampires. Les Humains sont distingués en deux groupes : les serviteurs et les adorateurs… inutile de vous dire leurs attributions…




NEWS

    12/05/13 : ouverture du forum.
    22/05/2013 : Maj du règlement.


RECRUTEMENT

    Pour le moment, nous recherchons beaucoup de membres.
    Beaucoup de scénarios sont encore disponible.


STATISTIQUES

    Actuellement, nous avons 03 membres enregistrés et 165 messages postés.


N'hésitez plus, rejoignez-nous sur
HELL CITY



© Pub réalisée par Pub city
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alicepub.forumgratuit.org/
Padsky
Membre
Membre
avatar

Féminin Messages : 291
Date de naissance : 18/03/1981
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 36
Localisation : Marne
Emploi/loisirs : Mère au foyer

MessageSujet: Re: HELL CITY (RPG fantastique)   Mer 26 Juin - 19:39

Bonsoir,


hell city

L'HISTOIRE

    Les Vampires… Nul ne sait vraiment comment ils ont pu apparaître. Certains parlent d’une malédiction jetée aux suivants de Judas… d’autres d’un esprit vengeur… Mais au final, qui connaît la réalité ? Seuls les plus anciens pourraient répondre, et des Anciens… il n’y en a plus qu’un.

    EXTRAIT DE LA BIOGRAPHIE D'ELJARED

    La question qu’il faut avant tout se poser c’est : que sommes-nous ? Et bien je n’y répondrais pas. Tout le monde le sait. L’autre interrogation, celle qui est primordiale, c’est : d’où venons-nous ? Et il n’y aura pas de réponse non plus à cela. C’est inutile… Il vaut mieux que je raconte mon histoire, celle par quoi tout a commencé. Je suis venue au Monde des Ténèbres il y a des millénaires, durant une époque où le bien et le mal étaient encore des notions assez vagues pour les Humains malgré tout ce que l’on pouvait clamer. Bref, nous n’étions pas nombreux lors de ma naissance. Je fus l’un des premiers vampires que cette Terre eut porté et c’est grâce à moi qu’elle en fut « presque » débarrassée. Nous avons vécus en paix durant des siècles tout en suivant des règles strictes mais nécessaires pour notre survie à tous.

    La chasse était complètement surveillée même si « on » mourrait aisément à ce moment-là. Pourtant le tableau idyllique prit brutalement fin lors de la mort d’un certain Jésus de Nazareth, un véritable idiot qui se croyait le fils de Dieu. Mais bien sûr… Au début, j’ai cru que mes semblables allaient en rire… Au lieu de cela, il y eut un massacre sans nom car ils ne trouvèrent rien de mieux que de se jeter au soleil. La décision fut aisée à prendre pour moi, d’autant plus lorsque le couple royal sembla pencher du côté de la religion.

    Je ne dévoilerais pas comment j’ai pu faire pour leur prendre et leurs vies et leurs pouvoirs… C’est un secret et plus longtemps il le restera, plus je resterais en vie. Pourvue de ma nouvelle puissance, je me suis contentée de massacrer purement et simplement tous ceux qui voulaient croire en ce Dieu misogyne… c'est-à-dire tous les vampires de mon âge et les vampires sur deux ou trois générations. Pour les autres, il était trop tard, le mal était plus ou moins fait. Néanmoins, la peur de moi les convainquit qu’ils étaient damnés…

    A défaut d’autre chose, je les ai laissés croire à cela. Au moins, ils ne se jetaient plus dans le feu ou ne recherchaient plus la présence du soleil. Les risques de voir notre existence réellement révélée aux Humains fut éloignée de nous. Pour les Vampires, cette période fut baptisée ironiquement : la guerre de la religion. J’en suis sortie en étant la Reine, la seule Premier Né de notre race. De longues années passèrent et lorsque je jugeais que les survivants du massacre étaient assez forts pour engendrer, je les laissais faire avec plaisir. Il était plus que temps que nous revenions à la « surface ».

    La religion catholique avait envahie l’Europe de manière « définitive » bien que cela revête une signification différente lorsque l’on est un vampire. Nous fûmes l’incarnation d’un dénommé Satan. Pourquoi pas après tout. Je repris les anciennes règles et les remis au goût du jour. Et de nouveau, les vampires prospérèrent. Pourtant, 50 ans après notre « remise en service », j’eus un jour la surprise de constater que les choses avaient encore dérapé : des vampires avaient joués avec l’alchimie et la magie celtique et avaient créés notre plus grand ennemi : le loup-garou.

    Ma colère fut mémorable et on en parle encore dans les livres d’Histoire. Sans trop le vouloir, je déclenchais un cataclysme mais le mal était déjà fait. Le premier lycan parvint à s’enfuir et réussit à se multiplier. Nous étions en 966. Je laissais mes congénères se débrouiller par eux-même sans le moindre scrupule. Je les ai observés se battre et mourir sous les coups terriblement précis des loup-garous… Jusqu’au moment où il fallu que je m’en mêle, sans quoi les vampires risquaient sans nul doute de disparaître. J’organisais les rangs des vampires et distribuais mes ordres à l’aube de la bataille de Badbury en 977. Cette nuit-là se solda par un massacre des loups-garous.

    Nous capturâmes le premier lycan puis massacrâmes les autres, bien trop animaux à mon goût. C’est ainsi que Fenris devint mon « serviteur ». Je lui donnais aussitôt la permission de propager sa race pourvu qu’il prenne le temps de les civiliser. Je voulu me retirer du monde quelque temps et je laissais Fenris battre librement la campagne. Maintenant que les vampires avaient les cartes en mains, je cessais de m’en soucier et restais endormie pendant des siècles, surveillant mes semblables grâce aux voies de l’esprit.

    Je m’éveillais aux alentours de 1501. Les choses avaient changées. A nouveau, une guerre entre les Vampires et les Lycans avaient déchiré le monde de la Nuit et avait décimé les deux camps, mais pas de manière suffisamment notable pour m’alarmer. Je décidais alors qu’il était temps de revenir à la civilisation. Le XVIème siècle s’éveillait avec douceur tandis que je révélais ma présence. Je fus surprise de voir que Fenris répondait à mon appel, comme tant d’autres. La soumission de Fenris provoqua l’arrêt temporaire de la rébellion lycane qui ravageait tout.

    Comme lieu de « repos », nous choisîmes un château perdu en Écosse et j’y demeurais jusqu’à ce que l’envie de me mêler au monde Humain me prit à la gorge. Je quittais ma « maison » pour me plonger dans les fastes de la cour d’Angleterre où je m’attachais à passer inaperçue. Durant les quelques années où j’y restais, je fis la connaissance –de loin- d’une étrange et si jolie Humaine qu'elle me laissa songeuse durant des jours entiers. Peu à peu, j’eus le désir d’en faire mon infante… et pas n’importe laquelle. Certes, elle n’était pas la première et ne serait probablement pas la dernière, mais elle n’allait pas compter pour des prunes.

    Il ne me fallu pas longtemps pour m’introduire dans l’entourage de cette femme qui avait séduit Henri VIII avec autant de facilité. Jamais je ne lui révélais ma véritable nature mais une profonde affection pour elle naquit à cette période. Pourtant, je ne me suis que très rarement attachée à une personne et elle, Anne, est l’une des seules. Je suivis son ascension et sa chute avec bien plus de soin qu’un simple observateur ne l’aurait fait et lorsqu’elle se retrouva à la Tour de Londres, il me fut aisé de lui demander d’être sa seule et unique servante durant cette période.

    Nos discussions changèrent peu à peu et je lui laissais entrevoir ce que je pouvais lui offrir. Elle résista longtemps mais la peur de la mort est souvent la plus forte chez les Humains. Avec bonté, je lui ai laissé l’occasion de se confesser une ultime fois avant de procéder à sa transformation en bonne et due forme : il fallait que j’en prenne soin si je voulais qu’elle survive à la décapitation… Et elle survécu. Après l’avoir aidée à sortir du tombeau, je la ramenais à notre nouveau chez nous que j’avais acquis grâce à elle et que le roi n’osait pas récupérer : le château de Pembroke, dont elle était la marquise.

    DE NOS JOURS

    Nous sommes actuellement en 2011. Le château de Pembroke est devenu un lieu réputé comme étant maudit, et ceux qui y allaient pour braver la « malédiction » n’en revenaient jamais. Eljared continue à gouverner de loin le monde des Vampires tandis que son Infante, Anne, vit son éternité dans une certaine insouciance. Les Lycans sont toujours les esclaves des Vampires mais une rébellion se met peu à peu en route sous l’œil amusé d’Eljared et les regards aveugles des autres Vampires. Les Humains sont distingués en deux groupes : les serviteurs et les adorateurs… inutile de vous dire leurs attributions…




NEWS

    12/05/13 : ouverture du forum.
    22/05/2013 : Maj du règlement.


RECRUTEMENT

    Pour le moment, nous recherchons beaucoup de membres.
    Beaucoup de scénarios sont encore disponible.


STATISTIQUES

    Actuellement, nous avons 03 membres enregistrés et 197 messages postés.


N'hésitez plus, rejoignez-nous sur
HELL CITY



© Pub réalisée par Pub city
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alicepub.forumgratuit.org/
Nemesis
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin Messages : 1002
Date de naissance : 16/10/1987
Date d'inscription : 05/10/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: HELL CITY (RPG fantastique)   Mar 2 Juil - 11:25

Bonjour !
Merci d'avoir actualisé ta publicité ;)
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HELL CITY (RPG fantastique)   

Revenir en haut Aller en bas
 
HELL CITY (RPG fantastique)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fanfantastique est vraiment fantastique !
» La City
» Apocalypse City - Mini Jeu de Destruction
» Zombie City
» Mise à jour de City Navigator V9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pub Party :: Pub Party )-( Votre Publicité :: Forums RPG-
Sauter vers: